Wednesday, August 31, 2011

When they knock down your front door, how`re you gonna come?

August 29, 2011 Anarchist News

(French follows)

A few reflections on the GAMMA squad

Word on the street is, there’s a new police squad in Montreal called GAMMA
- short for “Guet des activités et des mouvements marginaux et
anarchistes” – whose goal is to investigate and repress anarchist and
marginal movements. The following is a series of reflections on this
development from a few anarchists. Needless to say, it’s not meant to be
representative, but is rather our own analysis of this situation, and can
hopefully stimulate some discussion amongst our various circles.

We understand the GAMMA squad to be a sign of the state adapting its
strategy not only to an increasing amount of attacks against it, but also
to a broader context of increasing austerity, and therefore of potential
rebellions to come. Its ultimate goal, of course, is the maintenance of
social control, necessary for the preservation of this system.


The new squad is part of the “Specialized Investigations” division of the
SPVM, which is the umbrella group that has organized crime as one of its
focuses. Taking a cue from how the police investigate street gangs, mafia,
and the bikers, GAMMA has a mission to profile and accumulate information
on the actions, interests, and lifestyles of people considered anarchist
or marginal, and so specifically targets anyone who questions the dominant
social order.
Why, then, a specialized squad to target anarchists? There are several
reasons that we can think of. One the one hand, this is the state’s
attempt at shaping the discourse around anarchist ideas and actions. By
using the media to single out anarchists, the state tries to personify the
anarchist as a dangerous terrorist and asks the population to become
pre-emptive snitches in order to protect themselves from this supposed
menace. An example of this sort of discourse put into practice is the
citizen-snitches during and after the English riots this August,
organizing vigilante squads, taking cell-phone photos, and calling in
toll-free numbers to denounce the rioters. In casting the anarchist as
“the dangerous other”, the specter of GAMMA hopes to draw a clear dividing
line between those who are anarchists and will therefore be criminalized,
and everyone else (who presumably doesn’t want to be criminalized) – a
sort of classic divide and conquer, separate and box in. This is meant to
discourage everyone else from getting any ideas about rebelling
themselves, of identifying with the rebels, because they just may. Because
in reality this line is a blurry one, and the desire to fight this social
order is by no means unique to “the anarchists”, so in doing this the
state is attempting to paint a line over already stormy, ever-shifting

By creating a squad with this intention, the state is contributing to the
maintenance of social control that capitalist society needs in order to
function. In fact, it is physically impossible for the police to be
everywhere at once – they can’t be everywhere all the time. They can try
to get around this fact by installing all sorts of other technology of
control - surveillance cameras on every corner, wiretapping phones,
mapping out networks through facebook and twitter, store anti-theft
detectors, ID cards, biometrics, collecting people’s DNA, x-ray machines
at customs, flying drones over borders, the threat of prison – but the key
element of social control is our own internalization of it, ie. the cop
inside our head. It is the residue of the fear that they create. In the
end, police squads like GAMMA accomplish as much through the ghost of
their possible presence, as through their actual physical existence.

Of course, there is also a material logic to the creation of GAMMA. It
appears to be a bureaucratic re-organization of police forces in order to
more efficiently collect and process information about our struggles. They
are focusing on anarchists and consolidating their databases to try to
better understand patterns and draw links between distinct events.

Repression more broadly, and a rejection of the discourse of “rights”

GAMMA can only be understood by looking
at the role repression plays more broadly. Repression has always been an
integral part of the functioning of the state. Every state has at its
foundation the monopoly on organized violence which it expresses through
its laws, its police and its prisons. It therefore isn’t surprising to see
the police trying to repress a struggle that has as its honest intention
the total negation of the state.
Likewise, political profiling has always existed. Liberals like to boast
about how we have freedom of speech, and that other one – freedom of
thought. As long as ideas remain exclusively in the realm of just ideas,
we have these “freedoms”. As soon as people start to put their ideas into
practice, however, and when these challenge the dominant social order,
repression suddenly makes itself felt and these freedoms fade into a
quickly distant memory, echoed in the walls of the Toronto East detention
centre, in Pinochet’s torture chambers, in the ruins of Warsaw, and in the
sandy cemeteries of Afghanistan. The rights that constitute this
democratic state are compromises that are offered us in exchange for the
maintenance of social peace (ie the absence of rebellion) and our
obedience in the face of this system of misery. Within the discourse of
rights is implicit the need for the police, the laws and the state to
exist, to protect them. In reality, however, as soon as state power is
threatened, rights rapidly disappear. To quell the uprisings in England,
the government imposed a state of exception. Prime Minister Cameron
ordered the police to use all the tools at their disposal in order to
reestablish order – to do whatever it takes. The law was on their side. As
soon as order was transgressed, democracy turned tyrannical. It started to
look like scenes from a science fiction movie. The police symbolized the
limits of the possible. In our context, rights are often invoked in a
moral way, a mythology to which people can refer to, the glorious
constitution and such. We argue that rights are a concept that can, like
all language, change its meaning, application, and intentions, and can be
used or let go by the state depending on circumstances, as convenient. In
building a serious struggle against the state, then, banking solely on our
rights and throwing our lot in with that concept is a form of insanity. We
need something else.

Democracy and fascism are two sides of the same coin, and it flips based
on the social, political, geographic and economic context.

Repression in the austerity era

And the context is changing. We’re now full on in the era of austerity.
Everywhere in the world, states are cutting their social and public sector
policies, as well as their spending on public health, education, and
social welfare. In order to deal with the current global financial crisis,
the welfare state, established after the Second World War, is now being
drawn back, with increasing privatization of whatever remains. By cutting
social measures the State is also preparing to face the revolts of an
increasing number of those exploited or excluded completely from the
system, many of whose labor power has become redundant and who teeter
around the service economy, trying to ink out a living. Austerity is the
engine that is influencing the changing face and form that repression
takes. Meanwhile, a real rage is simmering under this surface, and there
are always those who chose to fight for freedom and for the destruction of
this prison world that envelops us.

As anarchists, not only are we not surprised by these developments, but we
refuse to hide behind the veil of justice to claim our innocence. What
role does innocence play in a struggle anyway? For us, the courts are not
the terrain of struggle on which we can win this war, even though we may
have victories here and there. We refuse to use the discourse of the
courts. In a world based on exploitation and misery, our desires for total
freedom will always be criminal. The law’s main function is the
maintenance of this system. Our struggle is against capital and the state
in its entirety, and against all manifestations of this in our daily life,
against the police and other forms and institutions that serve and
reinforce the state's power and control. As our struggles grow, develop,
and intensify, it is not surprising that they will try to respond with
greater repression.

How can we respond?

The question is, then, how do we respond? How many people hate this
system? How many hide their rage, feeling isolated and alone? A world that
needs prisons isn’t ours. Each pig is a symbol of rational domination over
the body. Because we imagine a million other possible ways to live, and we
have dreams, we refuse to bow our heads in front of the social order and
its laws. Our power lies in the fact that we are not the only ones who are
suffocating in this and who choose to fight it. The state's control over
our lives grows proportionally to the increase in people’s general sense
of alienation. In the city, urban planning leads to a mapping of every
inch of space, where there are less and less places to hide. Capital wages
war on us by appropriating every centimeter of our space, every muscle of
our bodies and the ideas in our heads. If we refuse to be colonized by
this, we must find ways to fight it. We’ve made the choice to be in active
conflict, together, in the face of this system rather than waiting in
front of the television hoping that this system will collapse on its own.
If the rioters of London, or those of the ghettos of Paris, or Egypt, or
Greece, chose to take their lives into their own hands, we are surely
capable of doing the same.

Now is the time to find each other as comrades in struggle, to
self-organize. We need to create the things we want to see ourselves,
because nobody will do it for us. We need to develop our practices in
terms of communication, creativity, and conflictuality. The gap between
ideas and action is really not that wide at all.

Now is also a time to work out our differences, and build a critical
solidarity with each other, not letting the state tear us apart over petty
conflicts. This doesn't mean that we should erase our differences, or that
we all have to work together, but we can still support each other.

Finally, we should be careful not to get cornered, or to get stuck in a
war of attrition against the police. If we remain few, we will eventually
lose. The repressive strategy of the Canadian state, similar to France,
US, England and other dominant countries, is based on the theory of
permanent counterinsurgency. This means that they must try to repress each
social struggle in its infancy, before it has had a chance to grow or
reach a certain critical mass.

Our greatest strength, then, is not our passion, nor our rage, nor even
the sharpness of our revenge, but rather the possibility that our ideas
and practices will spread to the powder keg that is this fragmented

Quand ils défoncent ta porte, tu répond comment ?

Quelques réflexions sur l'escouade GAMMA

Nous avons eu la puce à l'oreille récemment qu'au sein du Service de
Police de la Ville de Montréal (SPVM), il s'est constitué une nouvelle
unité : l'escouade GAMMA (le Guet des activités et des mouvements
marginaux et anarchistes).

Il nous a semblé important de diffuser publiquement nos réflexions et de
faire une critique en partant de notre position, soit en tant
qu'anarchistes. Nous ne voulons pas nous faire porte-parole DES
anarchistes, nous nous exprimons en tant qu'individus. Nous espérons
stimuler des discussions à ce sujet.

Selon nous, l'escouade GAMMA doit être comprise telle une autre adaptation
de l'État dans un contexte d’austérité qui s'accentue. Son mandat est
certainement de faire en sorte que l'État maintienne son pouvoir de
contrôle social en réprimant la révolte.

Pourquoi GAMMA ?

La nouvelle escouade se situe sous la direction de la Section des Enquêtes
spécialisées, dont font partie, entre autres, la division du crime
organisé. Comme pour les gang de rues, la mafia ou les motards, GAMMA a
pour mission de profiler et d'accumuler des informations sur les actions,
les intérêts et les manières de vivre des personnes « marginales et
anarchistes », donc quiconque qui questionne l'ordre établi. En tentant
d'établir de nouveaux réseaux d’accointance, de liens, d'affinités entre
individus, l'État montre son intention d'aiguiser la répression, une
répression qui n'est évidemment pas nouvelle.

Plusieurs motifs justifient le fait que le SPVM doit aujourd'hui disposer
d'une escouade visible spécialisée en la matière. Pourquoi la police
doit-elle explicitement viser les anarchistes? En les pointant du doigt
avec l'aide des médias de masse, l'État personnifie l'anarchiste sous un
visage de dangereux terroriste et appelle la population à jouer les
délateurs afin de se protéger de sa soit-disant menace. Nous avons vu ces
citoyens-flics agir en Angleterre avant et après les émeutes, s'organiser
en milice d'autodéfense citoyenne et téléphoner au numéro sans-frais pour
dénoncer les émeutiers. Cela nous donne un exemple cauchemardesque de ce
futur possible. En projetant l'anarchiste comme ''Le dangereux'',
l'escouade GAMMA veut tracer une ligne claire entre les anarchistes
criminels et tout les autres (que l'on présume ne pas vouloir être
criminalisés)- un classique; diviser pour conquérir, metre les gens dans
des boîtes isoler les uns des autres. Ils croient pouvoir décourager toute
autre personne à utiliser ces moyens d'action quand leur viennent des
inspirations potentielles de révolte ou à s'identifier avec les rebelles.
En réalité, cette ligne n'est absolument pas clair et le désire de
combattre l'ordre social est loin d'être unique aux anarchistes.

Notre société, en fait, pour fonctionner, a besoin de dominer les
manifestations du vivant. Nous savons aussi qu'il est physiquement
impossible pour la police d'être présente à chaque centimètre de notre
environnement, partout et en même temps. Ils peuvent essayer de nous
contraindre à l'aide d'une multitude de dispositifs tels un nombre infini
de caméras de surveillance à tout les coins de rues, leur capacité de
mettre les téléphones cellulaires sous écoute et l'accès aux conversations
texto, en traçant nos réseaux avec facebook et twitter, les anti-vols aux
portes des magasins, les outils biométriques, les rayons-X aux douanes,
les détecteurs de chaleur bordant les chemins de fer aux frontières, la
collecte des ADNs, les drones survolant les forêts, les prisons où l'on
est menacé d'être enfermé si on ne respecte pas la loi ou la discipline
qu'on nous inculque dès la maternelle, mais l'élément clé du contrôle
social est notre propre introjection de celui-ci ; le flic dans ta tête.
C'est le résidu de la peur qu'ils créent. Au final, les flics doivent
aussi leur pouvoir de contrôle à leurs fantômes transcendants plutôt qu'à
leurs présences réelle.

Enfin, d'un point de vue matériel, GAMMA est probablement un réarrangement
organisationel et bureaucratique qui permettra aux policiers d'être plus
efficace dans leur cueuillette d'informations. Focussant sur les
anarchistes, ils consolident leur base de données pour mieux comprendre
les patterns et faire des liens entre des événements distincts.

Nous l'avons souligné plus tôt, la répression est partie intégrale du
fonctionnement de l'État; tout État dans son fondement détient le monopole
menaçant de la violence organisée avec ses lois, sa police et ses prisons.
Il n'est pas surprenant de voir les flics tenter de réprimer une lutte qui
a pour honnête intention la négation de l'État et de la domination
Quant au profilage politique, il a lui aussi toujours été. Le libéralisme
ne cesse de vouloir nous convaincre d'à quel point nous avons la liberté
de penser et d'exprimer nos idées. Aussi longtemps que ces idées restent
des idées, nous avons ces ''libertés''. À partir du moment où les gens
commencent à mettre leurs idées en pratique et que celles-ci ne
correspondent pas à l'ordre sécuritaire du statu-quo, la répression se
fait ressentir et ces libertés s'estompe en une courte mémoire. Cela fait
écho aux murs du centre de détention dans l'est de Toronto (G-20), aux
chambres de torture de Pinochet, aux ruines de Varsovie et aux cimetières
sablonneux d'Afghanistan. Les droits composants notre État démocratique
sont des compromis qui nous sont offerts en échange de la paix sociale
(l’absence de rébellion) et de notre obéissance face à ce système de
misère. On veut à tout prix nous faire comprendre que c'est la police, les
lois et l'État qui protègent nos droits. Pas de chance ; dès le moment où
le pouvoir d'État est menacé, les droits sont rapidement supprimés. Pour
calmer les émeutes britanniques, le gouvernement imposa des mesures
d’exceptions. Le premier ministre Cameron ordonna aux policiers d'utiliser
tout les moyens à leurs dispositions pour rétablir l'ordre. La loi était
de leur coté. Lorsque l'ordre est transgressée, la démocratie devient
tyrannique. On se croirait dans un film de science-fiction. Les flics
symbolisent les limites du possible. Ils encadrent l'existant. Le droit
joue un rôle moral, une mythologie de vérités auxquelles tous se réfèrent.
Nous venons de démontrer que le droit est un concept qui peut, comme
toutes formes de langage, changer de signification, d'application, de
mandat, d'intérêt, de fin ou de justification selon les circonstances.
Puisque nous voulons construire une lutte sérieuse contre l'État, la
dépendance du droit devient une folie. Nous avons besoin d'autre chose.

La démocratie et le fascisme sont les deux cotés d'une même médaille, et
celle-ci tourne selon le contexte social, politique, géographique et

La répression dans l'ère des mesures d'austérité

Désormais, ce contexte change. Nous sommes dans l’ère des politiques
d'austérité. Partout dans le monde, les gouvernements coupent dans les
budgets alloués aux mesures sociales, aux emplois du secteur publique, à
l'éducation et à la santé. Afin de gérer la crise financière globale,
l'État-Providence, établit suite à la Deuxième Guerre mondiale, se
rétracte progressivement pour laisser place à une gestion du privé. On
fait primer l'intérêt économique avant tout, même dans des domaines qui
jusqu'à présent, concernait les affaires publiques. En coupant dans les
mesures sociales, l'État s'attend à devoir faire face à la révolte de
toujours plus d'exclus et planifie ainsi son appareil répressif.
L'austérité est un moteur qui influence les changements quant à la forme
que prendra la répression. Une rage bien réelle se mijote chez un nombre
croissant de personnes exploitées et de parias; chez ceux qui ont choisi
de se battre pour la liberté et pour la destruction de se système-prison
qui nous engloutit.

En tant qu'anarchistes, non seulement nous ne sommes pas surpris de ces
développements, mais nous refusons de nous cacher derrière le voile de la
justice pour clamer notre innocence. Quel rôle a l'innocence dans la
guerre contre le capital de toute façon? Pour nous, la cours n'est pas un
terrain de lutte où il est possible de gagner cette guerre. Si, parfois,
quelques défenses ont du succès ici et là, nous refusons d'utiliser le
discours de la loi. Dans un monde basé sur l'exploitation et la misère,
nos désirs pour une libération totale seront toujours criminalisés. La loi
a avant tout pour fonction le maintien de ce système. Notre lutte se pose
contre le capital et contre l'État dans son entièreté, contre toutes ses
manifestations dans nos quotidiens ; contre les flics et toutes autres
formes sociales leur servant à maintenir leur pouvoir et contrôle. Alors
que notre lutte prend forme et s'intensifie, cela ne fait que trop de sens
de voir la police répondre de la sorte.

Comment peut-on répondre?

La question pour nous est de réfléchir à comment répondre à cette répression.
Combien de gens détestent ce monde
quadrillé? Combien de gens refoulent cette rage, croyant être seuls et
impuissants? Un monde qui a besoin de prisons n'est pas le nôtre. Chaque
flic symbolise la domination rationnelle des corps. Parce que nous
imaginons mille autres choses et que nous avons des rêves, nous refusons
de baisser la tête devant l'ordre et la loi. Notre puissance se trouve
dans le fait que nous ne sommes pas seuls à étouffer et à vouloir
combattre la source de cet étouffement. Le contrôle de nos vies augmente
avec l'expansion de l'aliénation; des plans d'urbanisme lissés en bloc et
où les recoins et les cachettes n'existent pas, nous sont imposés. Le
capital nous fait la guerre pour s'approprier chaque centimètre de nos
espaces, chaque muscle de nos corps et les idées dans nos têtes. Si nous
refusons la colonisation par le capital, nous devons nous battre. Nous
avons fait ce choix d'être en conflit, ensemble, face à ce système plutôt
que d'attendre devant la télévision en croyant que le système s'effondrera
de lui-même. Si les émeutiers de Londres ou de Paris ont choisi de prendre
leur propre vie en mains, nous bouillonnons d'envie de faire de même.

C'est le moment de nous retrouver comme camarades de lutte et de nous
organiser nous-même, en groupes affinnitaires, et MAINTENANT. Il nous faut
créer se que nous voulons voir exister par nous-même car personne ne le
fera pour nous. Nous devons développer nos pratiques en therme de
communication, de créativité et de conflit. Le saut de l'idée à l'action
n'est pas si grand.

Il est aussi temps de travailler sur nos différences et construire une
solidarité critique entre nous, ne pas laisser l'État nous diviser pour
des conflits ridicules. Cela ne veut pas dire que nous devons éfacer nos
différences, ou que nous devons tous faire les chose ensembles, mais
pouvons-nous au moin nous supporter?

Nous devons faire gaffe à ne pas nous faire prendre dans une guerre
d'usure contre la police. Si nous ne restons que quelques-uns, nous ne
pouvons éventuellement que perdre. La stratégie répressive de l'État
canadien, tout comme celle de la France, des États-Unis, de l'Angleterre
et de tout les pays dominants, est basée sur la théorie de la
contre-insurrection permanente. Cette dernière évoque le besoin de
réprimer chaque lutte sociale avant même qu'elle n'ait la chance de se
répandre et de rejoindre une certaine masse critique. Notre plus grande
force n'est donc décidément pas notre passion, notre colère ou ni même
notre revanche, mais la possibilité que nos idées et pratiques se
répandent dans ce baril de poudre à canon qu'est notre société.

No comments: